Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Recherche

Archives

30 juin 2006 5 30 /06 /juin /2006 16:48

Cet itinéraire n°1 a été rédigé par Virginie Hassoun et complété et modifié par B. Cabanis

SITE DE ROSCOFF

 

 

Itinéraire n°1

∗ Par beau temps, vous pouvez commencer la visite au milieu de l’estacade (embarcadère pour l’île de Batz).

 

 

Le premier topo sera sur l’importance des marées (marnage de 9m50) ce qui explique l’implantation de l’Estacade pour permettre d’accéder par les vedettes à l’Ile de Batz même à marée basse. Toujours préciser les horaires et marnage des marées du jour.

 

Expliquez la position de Roscoff, village fortifié en bordure de mer, puis le recul avec l’implantation successive des deux quais et l’aménagement du port.

 

Ensuite du milieu de l’Estacade présenter le panorama : Pays de Léon essentiellement granitique où tous les îlots visibles sont constitués de granites à débit en boules (chaos granitique).

 

Au loin vers l’Est, au-delà de la baie de Morlaix, on aperçoit la côte du Petit Trégor avec la pointe rocheuse de Primel Trégastel et parfois même la côte du Trégor (Lannion, Trébeurden, Ploumanach)

 

Panorama plus proche : L’Aber, ancien vallon envasé dans laquelle la mer pénètre à marée haute et la pointe de Perharidy, Roscoff, l’église de Croaz Batz, île Verte avec sa carrière de granite, île de Batz, île de Ti Saozon , la chapelle sainte Barbe et la pointe de Bloscon sur un promontoire granitique recouvert par du limon jaune mis en place au Quaternaire par voie éolienne durant la dernière période glaciaire.

 

Observer les rochers Bourguignons ou d’autres ilôts pour illustrer  un chaos granitique. Topo sur la formation du Granite + diaclases, filons et les agents d’érosion.

 

Prévoyez quelques légendes et anecdotes pour garder l’attention (surtout des enfants). C’est aussi le moment de discuter avec les gens pour évaluer leur niveau de connaissances et leurs centres d’intérêt. Vous devrez en effet moduler votre exposé en fonction du public auquel vous aurez à faire !

 

Vous pouvez montrer les anciens viviers, les algues et les herbiers, les différentes espèces de Goélands, montrer le sens du courant par l’orientation des algues

 

Historique de l’Eglise de Croaz Batz. Parler des amers peints en blanc (phare et chapelle Sainte Barbe).

 

Se rendre ensuite à

 

Maison à côté de l’hôtel du Centre en passant montrer la petite tour fortifiée au coin du parking

 

Sur le mur de la maison, observation des minéraux du Granite gris de Roscoff avec la loupe.

 

Montrer les pierres en voie d’altération plus jaune et friable à la main (felspaths transformé en argile et biotite oxydée)

 

Observation des filons de Pegmatite. Ces derniers ressortent un peu du mur car ils sont plus résistants à l’érosion que le Granite. Topo filon. Datation relative de la formation des trois filons qui se recoupent.

 

Joints en ciment sont très peu poreux à l’eau, l’eau de pluie ruisselle donc le long des murs en granite qui s’altère rapidement. On privilégie donc les joints en chaux car ils sont très poreux. Ils vont rapidement s’abîmer, mais il est plus facile de refaire des joints qu’un mur !

 

On voit qu’une ancienne meutrière a été bouchée : autrefois la mer venait jusqu’au pied des maisons. Le poli des roches indique une érosion marine.

 

A l’angle de la maison, on peut voir une pierre taillée, il s’agit de granite rose provenant de Carantec (ou de l'Ile Grande), localité située à 15km au Sud de Roscoff entre l’estuaire de la Penzé et de la Rivière de Morlaix.

 

Enfin la toiture est faite en schistes épais des Monts d’Arrée (Roc Trévezel, un des sommets bretons). Comparer avec les ardoises traditionnelles plus fines exploitées autrefois à Trélazé près d’Angers et aujourd’hui en Galice en Espagne.

 

Les ardoises peuvent être prétexte à un topo simple sur le métamorphisme : une argile se transforme en une ardoise puis un schiste ardoisier sous l’effet de la pression d’enfouissement et de l’augmentation de la température (gradient géothermique moyen de 30° par Km).

 

prendre la petite ruelle sur la droite.

 

Observation de Micas en feuillets.

 

Observation d’un pli dans l’une des pierres, il s’agit d’un quartzite (grès métamorphique). Topo métamorphisme.

 

En bas du mur : présence de schistes et de Gneiss qui facilitent l’écoulement des eaux de pluie et retardent l’altération du mur.

 

Passer au niveau de la poste : observation d’un granite à deux micas (muscovite ou mica blanc en paillettes argentées et biotite ou micas noir)

 

∗ Au niveau du local : traverser et longer le quai : la bordure est en Granite rose de Ploumanach .

 

∗ Arrêt devant le phare  dont la face blanche visible de la mer sert d’Amer aux marins. Il est assez éloigné de l’eau car la mer venait jusqu’au pied du phare autrefois.

 

∗ Le restaurant « les Korrigans »  permet d’introduire de nouvelles légendes.

 

∗ Entrer dans le petit parc. Derrière la haie de tamaris se trouve dans  les enrochements une roche particulière venant de Plouguerneau : la Migmatite : roche intermédiaire entre le métamorphisme et le magmatisme (à moitié fondue, partie claire et non fondue partie foncée à biotite).

 

On peut reprendre le topo métamorphisme : une argile donne : ardoise, schistes ardoisiers, micaschistes à minéraux (andalousite, staurotide), gneiss

 

Puis migmatite (début de fusion) et granite (fusion totale).

 

∗ Traverser le jardin.

 

Nommer les différentes plantes (Beschorneria, Cordyline, Watsonia, Tisons de Satan, Agapanthes…). Rappeler les conditions particulières dont jouit Roscoff avec la proximité du Gulf Stream et un climat exceptionnellement doux en hiver et qui permettent aux plantes exotiques de se développer en Bretagne. La haie de tamaris, espèce très résistante au vent et aux embruns, protège un peu les plantes, vous pourrez remarquer qu’il y a moins de vent dans le parc. 

∗ En sortant du parc, prendre le petit chemin à gauche (c’est une impasse).

 

L’ardoise pilée permet de bleuir les agapanthes et les orthensias lorsque l’on en répand à leur pied.

 

∗ A la sortie de l’impasse, prendre à droite pour descendre si la marée le permet sur la petite plage de sable.

 

Topo sur les trois zones de lichens (gris, jaune, noire).

 

Le lichen jaune c’est le Xanthoria Parietina très connu en Bretagne et le noir Verrucaria Mora souvent confondu avec de la marée noire

 

Sur les rochers ou la digue, on peut voir les lichens jaune et noir et observer leur étagement. Le lichen jaune n’aime pas du tout l’eau, on le retrouve donc généralement au dessus de la limite des plus hautes marées. Le lichen noir a besoin d’eau pour vivre mais ne supporterait pas une immersion permanente. On le retrouve donc plus bas que le lichen jaune, mais dans une zone découverte à marée basse.

 

On observe du granite en boule à gauche et un peu plus bas du gneiss montrant des plans orientés.

 

Echantillonnage varié sur la plage avec des roches très variées (attention certaines n’ont pas d’origine locale, il s’agit de déblais de construction ou de lest de bateaux).

 

Parler des silex de la craie ….. et des différentes hypothèses sur leur origine (cf iti 2)

 

Montrer quelques coquillages : littorines aux belles couleur, patelles sur les rochers avec le « homing », monodonta ou faux bigorneau

 

Montrer la zonation algaire avec Ascophyllum nodosum, Fucus serratus et vesiculosus et la plus élevée Pelvetia Canaliculata.

 

∗ Remonter sur la route et se diriger vers le pub. Au niveau du porche de l’hôtel se trouvant juste à côté du pub on peut observer dans le granite de grands minéraux foncés de Cordiérite (visibles également dans les pierres de l’Aquarium) : il s’agit d’une variété de granite particulière (Granite du Huelgoat au Centre de la Bretagne)

 

∗ Continuer vers  la Chapelle Sainte Barbe. Montrer la différence entre les Ardoises d’Espagne et les Schistes ardoisiers des Monts d’Arrée. Servez vous des toits pour visualiser ces différences.

 

Un peu plus loin, vous pouvez voir un ancien blockaus aménagé en pub il y a quelques années.

 

On peut effectuer une incursion sur la deuxième plage qui se prête mieux à l’échantillonnage de roches parmi les galets.

 

∗ Avant d’emprunter les escaliers pour descendre sur la plage, observez la Criste marine (ou perce pierre) dont les racines pénètrent dans les fissures des roches ou des murs ! Propriété amincissante !

 

 ∗ Descendre sur la plage.

 

Sur les rochers, on peut observer la Tourmaline en soleil.

 

∗ Remonter et continuer vers la chapelle. Les plantes grasses que l’on trouve sur le parking sont communément appelées « doigts de sorcière » de part leur forme.

 

∗ En haut de la chapelle, observer la table d’orientation. Elle est faite en une roche sombre : gabbro- diorite.En profiter pour parler de la kersantite, roche sombre à amphibole et biotite de la famille des microdiorites. Topo Kersantite, roche sombre verdâtre riche en ferromagnésiens (amphibole et biotite) exploitée en rade de Brest et utilisée pour les scultures des fameux calvaires bretons. La roche durcit avec le temps à l’inverse du granite.

 

 

A la boussole montrez quelques directions en posant la boussole sur la table d’orientation : direction du phare de l’Ile de batz ou autre…Donner en coordonnées géographiques ou en degré à partir du Nord (la plus petite valeur)

 

Refaire le panorama avec l’Ile de Batz……et les viviers sur la Pointe de Bloscon. 

 

Aller sur la droite faire un panorama du côté Est vers le Trégor,  la baie de Morlaix, l’estuaire de la Penzé et le Jardin Exotique. En profiter pour présenter l’itinéraire n°3.

 

N’oubliez pas l’Ilot des Duons assez sombre en gabbros surmonté d’une balise (îlot le plus au large de la baie de Morlaix).

 

Retour libre.  

 

Quelques chiffres à connaître pour le granite : 


Température moyenne de formation : 700° pour le magma granitique

 

Profondeur de fusion dans la croûte (environ 25 Km), soit avec un gradient géothermique moyen de 30° par km une température de 750°C

 

Plus léger le liquide granitique remonte dans la croûte mais sa viscosité élevée qui augmente avec la cristallisation des premiers minéraux l’empêche d’arriver en surface. 

 

Il se stocke en profondeur entre 25km profondeur d’origine et 5 km pour les granites les plus superficiels qui se mettent en place dans des schistes ardoisiers. 
 

A Roscoff, la mise en place dans des gneiss indique une profondeur d'environ 15 km .

 

Alors pourquoi le granite est visible en surface ?.....Erosion depuis la mise en place du granite daté par isotopes radioactifs  à 300 millions d'années (chaîne hercynienne).  

 

Dans la région, trois massifs de granites : Roscoff-Port en eau Profonde à dent de cheval, Ile de Batz à deux micas et parfois à grenat et muscovite, St Pol de Léon gris à biotite.

 

Proportion des minéraux dans le granite : 65% de feldspaths (orthose, albite), 20% de quartz, 15 % de biotite avec proportion variable de muscovite. 

 

L’altération de l’Orthose par hydrolyse donne un minéral argileux appelé kaolinite ou kaolin exploité en Bretagne pour la porcelaine à Berrien (près du Huelgoat) ou à Ploemeur près de Lorient.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents

Liens